Publié par livres.epuises.over-blog.com

PLAN MANUSCRIT de 1759 rue Bergère PARIS

Plan  manuscrit de 1759 pour la contruction d'un immeuble rue Bergère  faubourg Montmartre à Paris. Fait par Louis Claude Lefebvre architecte. Concerne les Maisons  de Monsieur de Mezierre, Monsieur de Bussy ancien Ministre du Roy, Charles et Veuve Brierre. 1759.

Dimensions : 44 x 27 cm .Document signé par Charles Brierre et Louis Claude Lefebvre

RUE BERGERE, - IXe arrondissement de Paris - (D'après Histoire de Paris rue par rue, maison par maison, paru en 1875)Notice écrite en 1857. Ce n'était, anciennement, qu'un simple chemin. On l'appela successivement rue du Clos aux Halliers, rue aux Halliers, rue au Berger, rue Bergère (vers 1652) ; on y construisit les premières maisons en 1738. Origine du nom : Jean Bergier, maître teinturier, à qui l'Hôtel Dieu avait donné à bail une terre de labour sur le grand chemin de Montmartre (XVIIe siècle) - Le 18 et 20 - Le terrain lui avait été vendu en 1758, sous la censive de Sainte-Opportune, par Aimée-Geneviève Baudin, veuve de Charles Bruyère, maître jardinier, propriétaire qui était mitoyenne avec le marquis de Saint-George à l'orient, avec le comte de Busse à l'occident. Or l'acheteur lui-même se qualifiait seigneur de Bussy et de Mézières : du titre de monseigneur, à celui de comte il n'y avait pas loin, pour un financier bien en cour ! Par conséquent, deux hôtels, au lieu d'un, ont pu appartenir au commissaire des guerres, qui a cédé pour sûr le premier en 1765 à Marie-Antoine Bourgogne, écuyer, et à sa femme, née Anne Duvergier. Le 27, sujet à reculement, n'a plus le droit de réparer sa façade, qui d'ailleurs n'en aurait besoin qu'au point de vue de l'alignement, depuis vingt ans c'est un hôtel garni, depuis un siècle il est debout. Quant au pâté d'hôtel garnis dit la cité Bergère, son enfournement date de l'année-1825.

R 25553 200

Commenter cet article